«

»

Fév 16

Xavier Guerra : « Il faut visiter par soi-même les endroits que l’on veut recréer »

Je voulais vous proposer un LMCG sur des lignes de Xavier Guerra, mais plutôt que de faire un énième test, pourquoi ne pas s’adresser directement au créateur ? Voici donc une interview de ce simmer bien connu de la communauté. J’espère qu’elle vous plaira ! N’hésitez pas à dire dans les commentaires si ce type de billet vous intéresse ou pas du tout ! 🙂

Olivier  : Salut Xavier ! D’abord j’aimerais te remercier pour tous les add-ons gratuits et de qualité que tu as offert à la communauté. Ma première question est simple : qu’est-ce qui t’a poussé à te lancer dans la création de contenus pour Train Simulator ?

Xavier : Hé bien je pense que c’était pour agrandir ma collection. Je jouais à MSTS depuis tout petit, et j’ai voulu essayer Kuju Rail Simulator dès sa sortie. Au départ, il n’y avait presque aucun contenu, à part les lignes et trains de base. MSTS, lui, était déjà sorti depuis bien longtemps, donc presque toutes les lignes et trains étaient reproduits dans le simulateur. Cependant, par rapport à MSTS, l’interface de construction d’itinéraires était bien plus accessible, ce qui facilitait le fait pour des novices comme moi de tester des choses et d’acquérir les compétences pour construire des lignes et reskinner des trains. Avec le temps, me rendant compte que grâce à Rail Simulator je pouvais construire les lignes sur lesquelles je voulais toujours jouer avec plus de détails et une meilleure qualité, je n’ai pas pu m’empêcher de continuer à créer du contenu, et le partager avec des personnes qui allaient apprécier le travail que cela demandait.

O  : Depuis plus de 5 ans, tu as certainement gagné beaucoup d’expérience, et ton dernier add-on, la « Backdated North London Line« , est juste un chef d’œuvre. Quels sont tes secrets pour avoir modélisé une ligne aussi réussie ?

X : D’abord, je pense que pour créer de bonnes lignes, tu dois commencer par apprendre et maitriser les bases. Personne ne peut s’attendre à construire une ligne excellente et réaliste juste après avoir lancé le simulateur pour la première fois. J’ai créé de nombreuses lignes pour moi-même avant d’en partager avec la communauté, pour me permettre de me former et développer mes compétences d’utilisation de l’éditeur d’itinéraires. Je n’ai donc pas pour habitude de recommander aux débutants de se lancer sur un gros projet s’ils veulent les meilleurs résultats.

Deuxièmement, je pense que la recherche est une partie très importante de la création d’itinéraires. Il faut prendre note des petits détails, qu’ils proviennent de photos, de Google Earth, de plans de voies, de cartes anciennes, et même visiter par soi-même les endroits que l’on veut recréer. Bien sûr, cela a été facilité par l’ajout de Google Maps dans l’éditeur mais cela ne remplace pas toujours le fait de voir la région de ses propres yeux. Se déplacer à l’emplacement réel te permet d’avoir la perception de l’échelle, des proportions du paysage et de ses caractéristiques, qui ne sont pas forcément clairs simplement avec des documents trouvés sur le net.

Le créateur a visité North Woolwich avant de la reproduire dans le simulateur.

O : Tu sembles avoir un intérêt particulier pour la région de Londres (Thameslink, Moorgate Extension, North London Line, Epping Ongar Railway…), mais tu as récemment modélisé la très sympathique Trawsfynydd Branch. Pourquoi ce choix ?

X : Le Pays de Galles a toujours été mon deuxième chez moi. Je vais en vacances dans le nord de la région avec ma famille presque chaque année depuis que je suis né. Nous avons une grande passion pour les chemins de fer à voie étroite comme le Ffestiniog et le Welsh Highland, qui attirent de nombreux touristes, mais il y a peu d’informations sur de nombreuses autres lignes du coin. Je ne me suis intéressé en détail à la Trawsfynydd Branch que ces dernières années, et, ayant découvert qu’on pouvait toujours y avoir accès, même si elle est maintenant désaffectée, j’ai décidé de la parcourir. C’est une ligne très pittoresque à la périphérie de Snowdonia. En plus, les lignes abandonnées ont un côté intrigant, même pour le grand public, d’autant plus pour moi qui allait dans cette région pendant de nombreuses années sans savoir grand chose sur la ligne, à part qu’elle fut fermée après ma naissance. J’ai donc reproduit celle-ci en posant juste la voie puis la laissa de côté pour me concentrer sur d’autres projets.

Pendant l’été 2015, je rejoignis une association qui cherchait à rouvrir la ligne et l’exploiter pour le tourisme, donc je repris le travail, finis de la modéliser et la montrai aux autres membres pour leur montrer ce qui pouvait être fait. Au final, c’est une région que je connais très bien et c’est sympa de pouvoir offrir à la communauté un aperçu des paysages gallois.

O : Je suppose que les autres membres de l’association étaient impressionnés par la version dans le simulateur ?

X : Bien sûr ! Cela leur a rappelé de nombreux souvenirs et a agi comme une source d’inspiration pour aller de l’avant et tenter de rouvrir cette ligne. Beaucoup d’entre eux ont été impressionnés par le niveau de détail atteignable dans Train Simulator et que quelqu’un soit capable de saisir ces détails. Ce n’est pas parfait à 100% mais cela représente très bien cette ligne.

O : C’est une belle utilisation du simulateur, et je vous souhaite beaucoup de chance pour ce projet ! En tout cas, en te lisant j’ai l’impression que le fait de « ressentir » une ligne en la visitant est pour toi un élément important du processus de création…

X : Absolument ! Il y a beaucoup de documentation disponible dans les livres et sur internet que les gens ont pris le temps de partager, mais on ne peut pas se représenter totalement une région tant qu’on l’a pas visité. Et c’est particulièrement vrai pour les lignes qui ont disparu ou qui ont radicalement changé. Par exemple, si je n’avais pas marché le long de la Trawsfynydd Branch, j’aurais eu de grandes difficultés à recréer des sections de celle-ci car tout n’est pas indiqué dans les livres. C’est pareil pour la North London Line. J’ai pris un week-end pour me déplacer et visiter la gare de North Woolwich, aujourd’hui fermée et démolie en raison des travaux du Crossrail. Cependant, je pense que j’ai de la chance à bien des égards, car les lignes que j’ai choisi ont toujours été accessibles et je n’ai reproduit que peu d’entre elles simplement avec des photographies ou des cabrides. En conséquence, celles-ci furent bien moins réussies.

La Trawsfynydd Branch a été reproduite pour faire découvrir les paysages gallois, mais aussi motiver les membres d’une association.

O : Tu reproduis des lignes, mais tu crées également des reskins (et les lecteurs français te connaissent peut-être en particulier pour tes packs de reskins CIWL). Que préfères-tu entre les deux ?

X : C’est une bonne question. Je pense que je préfère construire des lignes car c’est un processus de création bien structuré, et j’ai l’impression de faire un voyage en voyant une ligne naitre à partir de rien. Tu commences avec une idée, fais tes recherches puis places le paysage, étape par étape. Une fois les aspects physiques en place, tu peux ajouter les marqueurs, créer des scénarios, écrire la documentation, tester le tout et enfin publier. En plus, sans vouloir me vanter, je pense que mes lignes ont été mieux accueillies que mes reskins. Même si j’ai également commencé cette activité avec Rail Simulator, je ne suis pas le plus doué. Il y a certaines techniques de weathering et de texturing que je ne maitrise pas encore, et je trouve que beaucoup de mes reskins manquent un peu de profondeur. Pour créer des itinéraires, il y a beaucoup d’assets disponibles, ce qui permet une grande créativité et liberté, alors que pour les reskins, c’est assez simple ; et parfois il est soit totalement réussi, soit totalement raté.

O : Quels sont tes add-ons favoris (payants ou gratuits) ?

X : Pour les payants, un de mes add-ons préférés est la West Highland Line Extension de Thomson Interactive. Je pense que c’est un exemple brillant de maitrise de la construction d’itinéraire, et grâce à son histoire riche, il y a beaucoup de choses que l’on peut reproduire. Keith Ross a un œil très aiguisé et il y a un certain nombre d’emplacements sur cette ligne qui pourraient avoir leur place dans une galerie d’art. Pour les gratuits, une ligne que j’apprécie beaucoup en ce moment est celle des CFD du Vivarais. J’ai un point faible pour les chemins de fer à voie étroite et Bernard a très bien capturé les paysages d’une ligne rurale française. J’aime aussi beaucoup les Mallet de Beekay, donc c’est sympa de pouvoir les faire rouler sur un grand réseau.

Parmi les reskins de Xavier, on compte des packs de voitures CIWL.

O : Quelle est ton opinion sur le prochain Train Simulator (avec Unreal Engine) qui devrait sortir cette année ?

X : Je pense que c’est une bonne chose que DTG profite de l’Unreal Engine et des innovations qu’il apporte aux jeux vidéos. Le moteur actuel du jeu est très polyvalent, mais le code est en quelque sorte « vieillot » et maladroit. Les nouveaux ordinateurs sont de moins en moins rétrocompatibles, et cela commence à causer quelques problèmes. Ça sera donc intéressant de voir le moteur en action. Mais d’une certaine façon, je suis triste car le contenu produit pour le simulateur actuel ne sera pas compatible avec celui utilisant l’Unreal Engine. Il faudra donc repartir à zéro.

O : Pour finir, peut-on avoir un indice concernant des projets sur lesquels tu te consacres actuellement ?

X : En fait je ne me suis pas décidé sur un projet solo pour l’instant puisque je n’ai pas beaucoup de temps, étant à l’Université. Cependant j’ai plein d’idées… J’ai pensé à « vieillir » d’autres lignes de DTG comme le South London Network, pour le reproduire à l’ère Network Southeast et en ajoutant de petites extensions comme les termini londoniens de Charing Cross, Cannon Street, Blackfriars et Holborn Viaduct. Cependant, rendre ça réaliste alors que l’itinéraire se concentre sur le réseau Southern se révèle être difficile.

Je collabore en partie sur un projet de modélisation des Ffestiniog et Welsh Highland Railways qui pourrait être publié un jour si nous arrivons à diminuer le nombre de pré-requis payants et si du matériel roulant spécifique peut être reproduit. J’ai également un peu travaillé avec Union Workshop, donc vous pourriez voir de nouveaux add-ons dans les prochains mois.

O : Merci beaucoup Xavier pour avoir répondu à mes questions, je te souhaite le meilleur pour le futur !

X : Avec plaisir ! 🙂

3 Commentaires

  1. Neumann

    Bonjour et merci Olivier pour cette interview, qui m’a permis de découvrir les routes citées dans l’article. J’ai une question cepandant, pourquoi les lignes citées ne sont pas sur le workshop ?

    merci

    1. Xavier Guerra

      Le Workshop ne vous permettra pas de télécharger des itinéraires contenant actifs personnalisés. Désolé A propos de ça.

  2. Gandalf

    Merci, très bon article/interview!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser les balises HTML suivantes : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>