Railsim-fr.com » Le 1er portail français dédié à Train Simulator et RailWorks.

fév 23

Die Rurtalbahn vol.1

Ca fait maintenant longtemps que je ne m’étais pas fendu d’un petit compte-rendu d’add-on. Et vu que notre reporter en chef, Olivier, est calme pour le moment, je me suis donc penché sur la dernière ligne allemande sortie, c’est-à-dire la « Rurtalbahn » de Vizzart.

D’emblée, je le dis : ce n’est pas mon développeur préféré ! Leurs débuts ont été fort critiqués en Allemagne car leurs premiers modèles étaient loin d’atteindre la cheville du minimum requis pour TS 2014 : une modélisation simpliste, des textures de basse résolution (bref moches), un rejet de toute forme de script PZB ou Sifa etc. De plus, je n’ai pas beaucoup apprécié, face aux critiques, leur façon de dire : « On vous emm…. ! Nous, on fait ça comme ça et, si ça vous plaît pas, allez voir ailleurs ! » Drôle de conception du marketing…

Ainsi, même si j’avais un à priori, à la vue des quelques captures d’écran qui circulaient sur le web, je me suis dit que je leur donnerais bien une chance quand même… Ai-je eu raison ?

Historique

L’add-on « Rurtalbahn vol.1 » reproduit la portion de ligne entre Düren, situé entre Cologne et Aix-la-Chapelle, et Heimbach, dans l’Eifel (à ne pas confondre avec la Ruhrtalbahn qui relie Düsseldorf à Hagen) dans son état actuel. Il s’agit d’une ligne non électrifiée à voie unique circulant dans un paysage vallonné parsemé de cours d’eau et de forêts.

Rurtalbahn

Les travaux de la ligne ont débutés dans les années 1880 suite aux besoins de transport de l’industrie se développant dans la région. Le 1er juin 1892, le trafic voyageur atteint Kreuzau. Ce n’est que le 1er septembre 1903 que le terminus d’Heimbach est atteint, dû à des retards dans les travaux et d’obstacles techniques rencontrés lors de la construction.

Après la Seconde Guerre Mondiale, la ligne est remise en état mais le déclin de celle-ci s’enclenche tout doucement. Les années ’70 sont cruelles pour la ligne qui voit son trafic voyageur se réduire aux matins et soirs et que les navettes de bus vident de ses voyageurs. Le démantèlement est envisagé plus d’une fois lors de cette décennie.

La revitalisation de la ligne n’intervient qu’au début des années ’90. Profitant de la réforme des chemins de fer en Allemagne à cette époque, une compagnie ferroviaire indépendante de la DB est créée et reprend le service sur cette ligne. Les débuts sont difficiles car la ligne est en mauvais état et les retards et les temps de parcours longs sont un handicap. Après des investissements dans l’infrastructure et les véhicules, le temps de parcours passe de plus d’une heure à trois quarts d’heure.

En 2003 naît la société Rurtalbahn GmbH qui est encore active à l’heure actuelle sur cette ligne. C’est elle qui introduit 9 nouveaux autorails de type Regio-Shuttle RS1.

La ligne dans le simulateur

Reproduire une petite ligne de 30 km pour un début me semble une bonne idée de la part de Vizzart. Cela leur permet de se faire la main et surtout d’avoir un retour des « simmeurs » sur leur travail. En espérant qu’ils en tiendront compte cette fois…

D’emblée, l’aspect de la ligne est bon. Les assets dédiés semblent nombreux (notamment les gares, les maisons, les quais etc.) et le paysage bien étayé. Il a une bonne profondeur (il n’est pas limité à quelques  mètres de la voie) ce qui fait qu’une vue en caméra extérieure est agréable. Il y a bien quelques éléments mal placés ou manquants (assez surprenant ces bouteilles de lait…), mais cela ne gêne pas. Par contre, on voit que Vizzart est actif dans le monde de Trainz/ProTrain Perfect car je trouve les textures des bâtiments un peu trop « propres » (façon PTP). Les textures de la végétation sont bonnes car il s’agit en grosse partie des assets de 3DTrains. Cela manque par contre de petite végétation au sol et, à certains endroits, ça donne l’impression de plaines désertiques vertes. Dommage, car à d’autres endroits, c’est vraiment très scénique !  Un autre point faible sont les passages à niveau et les routes qui mériteraient certainement un peu d’animation…

Image2 Image3 Image4Les paysages peuvent être très scéniques comme par moment un peu désertiques

Pour ce qui est de l’infrastructure, les voies sont correctement posées et sont pourvues du dévers. La signalisation, pêchée chez le groupe allemand SignalTeam, semble placée aux bons endroits et, contrairement à ce qu’ils avaient annoncé au début, les sabots magnétiques du PZB (de virtualRailroads) sont bien présents et fonctionnels.

Image1Le dévers est bien présent.

Le Regio-Shuttle RS 1 de Rurtalbahn GmbH

Cet autorail construit par Stadler est reproduit à part de la ligne mais peut être acheté en combiné avec celle-ci. La modélisation 3D extérieure est plutôt bonne avec des textures d’une bonne qualité. La cabine est plus sommaire mais, par contre, la vue passager ne me convainc pas du tout. Comme d’habitude chez Vizzart, pas de PZB ni de Sifa : monotonie de la conduite à la clé.

A propos de conduite, je suis un peu étonné de la programmation du régulateur (« throttle ») : il faut être entre 25 et 30% pour garder une vitesse constante. En dessous, le train freine. Bizarre, surtout que si on enclenche le frein, cela n’a pas l’air de freiner plus vite. On dira qu’on s’y habituera… Dernier point : les sons. Rien de bien exceptionnel.

Image5Le RS1 marquant l’arrêt dans une des gares du parcours

L’installation

Fort simple l’installation : un fichier rwp à installer via le gestionnaire d’archives de TS 2014. Sur le site allemand, certains ont rapporté quelques soucis lors de l’installation de ce fichier car il contient des dossiers Kuju, 3DTrains ou virtualRailroads par exemple qui contiennent une version obsolète de la signalisation notamment ! En ce qui me concerne, j’ai fait une installation manuelle en veillant bien à ce Windows n’écrase pas les fichiers déjà installés sur mon ordinateur.

Conclusion

En conclusion, je dirais que mon avis est partagé. Il y a du bon comme les assets dédiés, le dévers ainsi que la signalisation fonctionnelle. J’aime généralement bien le paysage et l’atmosphère de petite ligne secondaire perdue dans la verte campagne. Il y a malheureusement du moins bon comme un manque d’animation sur les routes et passages à niveau, des zones un peu trop nues et un manque de végétation basse qui donne une moins bonne impression. Les textures des bâtiments produits par Vizzart font plus « jouets » que celles habituellement vues sur les lignes de TS2014.

Pour ce qui est de l’autorail, Vizzart s’améliore avec le temps mais ils ne me convaincront pas tant qu’au moins le PZB n’est pas installé.

Le prix de la ligne (17,99 €) est donc pour ma part dans la moyenne mais un peu trop élevé. 14.99 € aurait été un prix plus juste.

Le prix de l’autorail (9,95 €) est quant à lui beaucoup trop haut. On a généralement mieux pour ce prix-là (je pense au matériel de ChrisTrains par exemple).

Le prix du combiné ne mériterait donc pas plus de 20 €.

Liens

Ligne seule (17,99 €) : http://www.eisenbahndiscount.de/detail/index/sArticle/304

Ligne + BR 650 (24,99 €) : http://www.eisenbahndiscount.de/detail/index/sArticle/303

nov 24

Creative Rail sort enfin son East Coast Part 2

Salut ! Après des mois et des mois de travail, Creative Rail propose enfin au téléchargement la deuxième phase de son East Coast Main Line. Notre longue attente est-elle récompensée ?
Tout d’abord, laissez-moi vous rappeler ce qu’on trouve dans le package. Le petit studio anglais avait déjà sorti la « East Coast Part 1″, reliant Peterborough à Newark. Avec cette Part 2, la ligne va maintenant jusqu’à Doncaster. Si vous n’avez pas la Part 1, pour 30£ vous aurez tout, de Peterborough à Doncaster, et si vous avez déjà la Part 2, la nouvelle section d’une trentaine de miles vous coutera 16£.

Après des mois d’attente, on peut enfin aller au nord de Newark !

Je vais commencer par évoquer la nouvelle section de cette ligne, qui parait très soignée (même plus soignée que la part 1) dans la pose des décors, qui rend bien l’ambiance de cette partie de l’ECML dans l’ère BR Blue. On pourra donc faire des screens comparables aux nombreuses images d’archive dont nous disposons. Les décors sont un peu plus variés d’ailleurs, ce qui rend cette section de la ligne moins ennuyante que la moyenne… Une bonne trentaine miles ce n’est pas énorme, mais on les parcourt avec plaisir.

La pose des décors est soignée.

Le scenery est aussi de très bonne qualité, que ce soit les ouvrages d’arts ou les gares, et un grand plus pour la région de Doncaster avec de nombreuses installations reproduites, ce qui permet une grande diversité de scénarios. Par contre, la ville de Doncaster est plutôt mal reproduite… beaucoup trop de terrain sans décor !

Le manque de travail sur la ville de Doncaster interdit les prises de vues aériennes aux alentours de la gare.

La Part 2 inclut comme je l’ai précisé précédemment le premier tronçon de l’ECML produit par CreativeRail, Peterborough-Newark. J’ai l’impression qu’il ne s’agit pas d’un simple copier-coller, mais qu’il y a quelques petites améliorations concernant les décors en général, qui améliorent l’atmosphère de cette partie. Au final, on se retrouve donc avec 80 miles, ce qui permet enfin de faire des scénarios conséquents.

Avec cette Part 2, on atteint les 80 miles.

Les scénarios justement, parlons-en. On retrouve les scénarios de la Part 1 ainsi que deux nouveaux scénarios pour la nouvelle section. Espérons que les créateurs se manifestent, d’autant plus que nous disposons de tout le matériel nécessaire pour reproduire la très belle ère mythique BR Blue de la ligne telle qu’elle est modélisée. Plusieurs scénarios Quick Drive sont fournis, avec AI. C’est très sympa, et si des fois on croise des 37 ou 47 sur les voies lentes, j’ai croisé une fois une Western… ça casse le trip !

Les Quick Drive permettent de rapidement s’amuser !

Enfin bon, c’est une très bonne ligne (mais pas une excellente), à réserver à mon sens à ceux qui aiment l’ère BR Blue (on peut dépasser un peu vers l’ère BR Green et les toutes dernières vapeurs), les autres s’ennuieront certainement un peu trop. En tout cas Creative Rail nous offre là une véritable machine à voyager dans le temps !

Back in the late 70′s…

nov 19

Une ligne française pour Train Simulator 2014 ?

Salut !

RSC a lancé sur son blog Engine Driver un nouveau sondage pour savoir quel nouveau pays ils devraient explorer. Bien évidemment je ne peux vous inviter qu’à voter pour la France (deuxième à 17% au moment où j’écris ces lignes).

Vous pouvez vous enregistrer sur le site de façon classique ou via votre compte Steam.

N’hésitez pas à partager l’information un maximum autour de vous, n’importe qui peut voter du moment qu’il est inscrit sur le site. Aidez la communauté française à avoir sa ligne créée par RSC !

Le lien pour voter : http://www.engine-driver.com/ (le sondage se situe sur la droite de la page)

 

nov 19

Votez pour les Railsim-fr Awards 2013

Salut ! Pas de test, mais un petit message pour vous annoncer que vous pouvez dès à présent voter pour les Railsim-fr Awards 2013, qui a pour but de récompenser les meilleurs add-ons payants et leurs développeurs.

Pour voter, rien de plus simple, rendez-vous ici. Il ne vous faudra pas plus de deux minutes pour choisir vos vainqueurs. Et pas de panique si vous ne possédez pas tous les add-ons sortis cette année (je vous comprends ^^), vous ne pouvez voter qu’aux catégories qui vous intéressent.

N’hésitez pas à partager le lien, pour qu’un maximum de personnes puissent s’exprimer !

Les votes sont ouverts jusqu’au 17 décembre. Que les meilleurs gagnent !

nov 15

Une belle WSR chez RSC

Salut ! :) Il y a un domaine où je peux être intransigeant, c’est la préservation britannique. Certes je ne suis jamais allé visité la WSR, mais j’en ai lu et vu tellement que je ne pouvais être qu’émerveillé par une version de RSC, même si une ligne gratuite, et très bonne, existe.

On a donc ici la WSR dans son intégralité, plus évidemment le triangle de Norton Fitzwarren. La qualité du scenery est à nouveau excellente, avec les gares si particulières de cette ligne bien représentées ingame. Je suis un peu plus critique sur la pose des décors à certains endroits : si les installations à Minehead correspondent parfaitement à ce qu’il y a en réalité, les décors environnants ne sont pas très remplis sous certains angles. Il y a aussi quelques plantes (comme à la gare de Bishop Lydeard) qui sont modélisées sous la forme de deux textures 2D, à la Minecraft, alors que les formes 3D sont tellement plus belles…

Les reproductions des gares sont superbes.

Mais il y a plus grave : Washford. Pourquoi des signaux alors qu’il n’y en a pas en réalité ? Pareil à Dunster… (et les aiguilles électriques j’en parle même pas). Il y a également des erreurs de scenery à plusieurs endroits… dommage !

Ca ça n’a rien à faire là ! Pourquoi cette inventivité malvenue de la part des développeurs ?

Sinon, les champs du Somerset sont bien reproduits, même si à force les arbres 3D me laissent un petit arrière-goût de « synthétique »… (ma config y est pour quelque chose). La distance de pose est assez importante, ce qui permet de faire des photos (c’est un peu le but quand même) sous tous les angles.

Mon nombre de screenshots sur Steam risque d’augmenter fortement…

Je ne vais pas m’étendre sur le matériel fourni, puisqu’il ne s’agit pas de nouvelles créations. La 7F est un ancien matériel défaut, Raveningham Hall vient du pack anciennement disponible, et la 33 vient également du DLC correspondant. Le plus sont les Mark 1 en Chocolate & Cream et marquage WSR en 6 arrangements, BG, BSK, FK, RMB, SK, TSO. Il y a aussi quelques wagons inclus, pratique pour les convois de marchandises, que l’on a tendance à oublier sur les lignes préservées. Bon, c’est pas ça. Espérons qu’AP mette à jour ses sound packs pour qu’ils s’appliquent à tous ces matériels.

Pour les matériels fournis, c’est du réchauffé…

Un pack constitué par une Class 47 et une Class 03 en livrées adaptées est disponible pour 5 euros avec la ligne (portant le total à 30 euros) ou séparément pour le prix classique de 14 euros. Bien évidemment, en tout cas c’est comme ça que je conçois la chose, il faut avoir dans sa collection tout un tas de locos et voitures pour pouvoir reproduire au mieux ce qui se passe sur la ligne.

Le but est de piocher dans sa collection pour reproduire les superbes évènements organisés par la WSR.

Passons donc aux scénarios. Je suis peut-être (sûrement) un « psychorigide de la préservation », mais les numérotations des voitures ne correspondent pas à la réalité. Sinon ce n’est pas mauvais, mais ça manque juste de spotters aux bord des voies. Je m’amuserai comme un fou à reconstituer les galas qui se sont passés sur cette ligne, et ceux qui aiment la préservation seront certainement comme moi. Pour les autres, posez-vous la question de savoir si vous êtes prêt à mettre 25 ou 30 euros pour une ligne de 30 kilomètres à 25 mph, alors qu’une version gratuite, de qualité, existe…

nov 08

Avec ou sans glacons l’ICE T ?

Salut ! Avant de sortir dehors pour cet horrible jeu de mot sur l’ICE T, laissez-moi tester la bête ! Elle vient de sortir sur Steam jeudi, et constitue la quatrième occurrence de la série des ICE après l’ICE  1, 3M et 2, tous développés par RSC sauf le premier. C’est donc la version pendulaire 411 à laquelle nous avons droit maintenant.

Au niveau modélisation extérieure, on a du beau boulot, même si je ne suis pas convaincu par les effets des fanaux. La forme très aérodynamique est bien rendue ingame.

Belle modélisation extérieure pour cette BR411.

La cabine est certes meilleure que celle de l’ICE 3M (la grande vitre fait toujours plaisir), mais je ne suis toujours pas convaincu par le texturing des différents indicateurs… A part ça c’est pas mauvais du tout. Le bon point du produit est la vue passager : le rendu des sièges n’est pas exceptionnel, mais la vue alternative est une vue debout depuis la plate-forme, avec animation dynamique des portes, et belle modélisation du compartiment pour les bagages.

Enfin une vue passager originale ! (les portes sont sur les côtés)

Quid de la pendulation ? Je trouve qu’elle rend bien sur les différentes courbes des lignes allemandes. Bon par contre il y a toujours ce problème où le train balance mais pas la caméra. L’automotrice est également au niveau des standards RSC (AFB, PZB, LZB, SIFA, lumière cabine). J’ai deux petits reproches : le train roule avec les deux pantos levés (ce qui n’est pas la configuration normale) et ceci n’est pas changeable, et on peut atteindre sans problème les 290 km/h, alors qu’en service commercial il ne roule pas au-delà des 230 km/h, est-ce possible en réalité ? Pour finir ce paragraphe, parlons des sons qui sont horribles – ce sont ceux de l’ICE 3…

Allez ! Faut penduler !

Je finis avec les scénarios, je n’ai jamais reproché à RSC de faire de moins en moins de scénarios (grâce au Workshop) mais deux scénarios (je ne compte pas les tutos) sur la HH, dont le premier commence par une attente d’une petite dizaine de minutes… vivement que les créateurs de scénarios nous propose de belles choses, pour la Berlin-Wittenberg évidemment (sortie sur Steam le même jour) que j’ai testé à sa sortie chez Aerosoft.

L’ICE T fera du bien à la Berlin-Wittenberg.

Ce n’est donc pas l’add-on de l’année, loin de là, mais pour ceux qui sont fans de grande vitesse, ce n’est pas mauvais ! Je ne la conseillerais cependant uniquement aux possesseurs de la Berlin-Wittenberg, d’autres sorties susceptibles d’être de meilleure qualité vont arriver…

oct 20

Enfin la LMS Compound de DT est disponible !

Quatre tests en une journée, c’est un record ^^ On conclue donc cette journée « back to TS » par un test d’une sortie que j’attendais particulièrement, celle de la LMS Compound de DT : ils travaillaient dessus depuis des mois et des mois !

Le résultat est à la hauteur des efforts fournis. En effet, on se retrouve avec une très belle bête en cinq versions (je vous renvoie à l’histoire de la machine pour plus de précisions) : deux versions LMS (pré et post 1928), une version Wartime, et deux versions BR. La modélisation extérieure est précise et très soignée, avec une finesse appréciable et surtout de très belles animations des pistons notamment. Le tender est lui aussi très bien reproduit. Pour finir sur ce point, j’aime bien également les différentes textures de la vapeur qui s’échappe de la loco.

La grande quantité de travail se voit facilement dans la modélisation extérieure.

Les voitures incluses (LMS Period One) permettent de reconstituer un train à vapeur typique des années 20 et 30, mais malheureusement leur réalisation est inférieure à celle de la loco : pourquoi mettre les vieux passagers tout moche de railworks ?

Salut vous deux ! Qu’est-ce que vous fichez dans un add-on payant paru pour TS2014 ?

La cabine est correcte, mais j’aurais préféré voir un peu plus de photoréalisme – même si je sais que c’est difficile à faire pour les locos à vapeur. J’ai noté un petit bug dans les vues « tête en dehors de la cabine », qui n’est pas préjudiciable, et qui j’espère sera rapidement corrigé.

Je sais que je suis difficile, mais un peu de photo-réalisme n’aurait pas fait de mal :-)

C’est au niveau de la simulation que cette loco se révèle très intéressante : si ma mémoire est bonne, il s’agit de la première loco Compound disponible pour Train Simulator. Pour les non-initiés à la vapeur (venez nous rejoindre !), une loco Compound est pour faire simple une loco où la vapeur produite se détend dans plusieurs cylindres successivement : cela amène un meilleur rendement, donc plus de puissance. Cela est correctement représenté dans le jeu, avec un régulateur qui, s’il est pleinement ouvert, nous permet d’activer l’expansion multiple. Et l’augmentation de puissance, on la sent ! De plus, l’utilisation de la loco en mode simple est beaucoup plus consommatrice en vapeur, comme en réalité.

Bien évidemment, on retrouve toutes les fonctions classique, comme le headcode, le verrouillage de l’inverseur…

Expansion multiple activé, c’est l’hyperespace de la vapeur : vers l’infini et l’au delààààà ! (oui je mélange Star Wars et Toy Story et non je n’ai pas honte :P)

Un scénario de démonstration, pour la S&DJR est disponible, mais la communauté devrait s’emparer de la machine. Je trouve, pour finir, le prix un peu élevé pour cette machine, presque 20 euros tout de même ! Je sais que le travail dessus est énorme, mais quelque chose aux alentours des 15 euros aurait été plus raisonnable à mon sens. Cela n’enlève en rien à la qualité de cette loco, destinée tout de même aux fans de vapeur en priorité.

oct 20

Pacific Surfliner : sortez la planche de surf !

Voilà le dernier test pour combler mon retard (n’hésitez pas à voir ceux de la 103 et de la 420, en dessous), celui de la Pacific Surfliner, nouvelle ligne américaine de RSC. Alors est-ce que cette ligne va réussir à me faire aimer le rail américain ? En tout cas vu les screens c’était bien parti.

RSC depuis cette année nous produit des lignes toutes plus belles les unes que les autres, et cette Pacific Surfliner n’échappe pas à la règle, on va le voir en détail. Mais avant cela, permettez-moi de rappeler le qui que quoi dont où pourquoi comment de la chose : ce DLC nous permet de conduire sur la ligne californienne Pacific Surfliner – du moins la partie Los Angeles-San Diego, ce qui fait 120 miles quand même : on en a pour notre argent.

La ligne est à mon sens divisée en deux grandes parties : la moitié nord, de Los Angeles (Union Station) à San Clemente Pier, nous sommes certes pas loin du Pacifique, mais quand même encore dans les terres. Je ne suis pas très fan du scenery à la sortie de LA, mais ensuite, nous traversons littéralement les villes dans un décor typiquement californien qui est très bien fait et qui est dépaysant. Les banlieues typiquement américaines s’enchainent à la pelle, mais avec des palmiers, parce que, oui, on est en Californie.

La partie nord de la ligne nous fait traverser de nombreuses banlieues.

A partir de San Clemente, nous sommes à l’inverse à deux pas de l’océan : nous en sommes la plupart du temps séparé uniquement par la plage. Les décors sont encore plus dépaysants et estivaux ; pour ceux qui nous font une petite dépression saisonnière, voilà un remède que je peux vous prescrire ! Petit point négatif tout de suite, les plages sont beaucoup trop vides à mon gout ! C’est vraiment dommage. Par contre, parfois on a l’impression de traverser la forêt amazonienne tellement la végétation est tropicale et dense. Arrivé à San Diego, le paysage n’en est pas moins joli, avec une superbe gare, et en plus on côtoie le système ferroviaire léger de la ville. Vous l’avez compris, cette partie de la ligne est ma préférée.

Rouler à côté de la plage, on se croit en vacances !

Parlons un peu plus technique à présent. Les assets custom sont à nouveau présents en masse et sont de qualité. Très bon point également en ce qui concerne les landmarks, comme le Angel Stadium, ça fait toujours plaisir surtout quand on est fan de MLB comme moi. J’émets tout de même une petite réserve sur certains palmiers, qui bien qu’ils soient très jolis, ont parfois un tronc tellement fin qu’on peut avoir l’impression de voir des buissons voler à 15 m de haut.

Les gares sont encore une fois très bien reproduites, comme ici Santa Ana.

Je suis malheureusement un peu plus réservé sur la pose des décors : sur ce point je trouve RSC un peu en dessous par rapport à d’habitude. En effet, la distance de pose est bien trop faible à mon goût, et les photographes seront bien bridés dans leur capacité à faire des plans assez larges. Du moment où on reste près des rails, c’est très joli par contre. Pour reprendre l’expression de caramel88, à chaque arrêt en gare, on se balade pour découvrir les décors. Dommage qu’on ne puisse pas aller bien loin !

Quand on reste proche des voies ça va, mais remarquez à gauche la distance de pose, et encore là ce n’est pas le pire.

Dernier petit point, concernant l’ambiance générale de la ligne : j’aime beaucoup la ligne la nuit, les éclairages sont très bien faits, par contre j’ai l’impression que les dômes météo c’est pas ça : parce que se retrouver avec un skydome tout gris alors qu’on a choisi en QD Automne + Ensoleillé + midi…

Enfin bref, passant au matériel traditionnellement fourni avec la ligne : ici il s’agit du Surfliner avec locomotive EMD F59PHI et voitures + voiture-pilote à 2 niveaux Surfliner. La modélisation extérieure est de belle facture, mais ce sont les intérieurs qui sont les plus jolis, notamment la vue intérieure – très belle, et la cabine de la voiture-pilote, qui est une tuerie. Je regrette malheureusement – et c’est symptomatique de RSC – un manque de fonctionnalités, qui auraient pu rendre ce train exceptionnel. En tout cas ça fait plaisir d’aller à 90 mph pour un train américain.

Le voyage à l’intérieur de la voiture-pilote est très agréable.

Un bon nombre de scénarios sont inclus, pas mauvais, surtout celui de nuit que j’ai bien apprécié. J’ai fait la grosse erreur d’acheter le twin pack avec la ES44AC, qui est la locomotive fournie dans la Maria Pass : ne vous faites pas avoir comme moi ! (EDIT : Cette loco est une upgrade payante de la version Maria Pass, merci à Alpha1622 de me l’avoir signalé :)).

Alors, cette ligne a t-elle réussie à me convertir au rail US, comme la WLoS m’a converti à la vapeur ? Malheureusement non, mais cette ligne reste toujours à la fois très belle, et me permettra de me croire en vacances, à la plage, sous les cocotiers, un mojito à la main, la planche de surf dans l’autre… N’hésitez pas à la prendre, ça revient moins cher que les agences de voyage !

oct 20

vR sort sa 103 : une victoire pas si large que ça ?

Je continue de rattraper mon retard avec la BR 103 de virtualRailroads. Rappelons que vizzart a sorti la sienne il y a environ un mois, et vu l’image du studio allemand très productif en ce moment, tout le monde pensait que vR gagnerait le match haut la main… mais au final, je ne suis pas ultra-convaincu.

La question ici n’est pas de savoir si les modèles de vR sont de qualité ou pas, la réponse est bien sûr oui : on retrouve encore une fois une modélisation extérieure de très belle facture, une cabine très bien faite, et surtout, une excellence dans la simulation, signe de la gamme « Expert-Line » : la majorité des commandes sont utilisables, et une lecture assidue du manuel sera nécessaire pour les maitriser – même si ce n’est pas obligatoire.

Bon courage pour maitriser totalement la machine !

Cependant, et là vR fait fort, c’est qu’un système de mise en route automatique a été programmé, pour ceux qui veulent tout de suite conduire : en appuyant sur Ctrl+Z, on voit les commandes bouger toutes seules, et après il suffit de tourner le manipulateur de traction pour décoller ! C’est une caractéristique que j’apprécie particulièrement. Petit point négatif : celui-ci (comme d’ailleurs tous les messages/pop-ups) sont en allemand… Vous l’avez compris, on se retrouve encore une fois avec un très bon produit, d’une très bonne qualité, mais…

Le système de mise en service automatique est super, dommage que les messages (comme tous ceux de la bête) soient en allemand.

…vizzart a habilement pris de l’avance, en sortant également une 103. Comme je l’ai indiqué dans mon test, ce n’est pas l’add-on de l’année, mais la qualité est largement au niveau de RSC, si on fait abstraction du PZB, LZB et SIFA. La modélisation est un peu plus fine chez vR, la simulation est bien plus réaliste (et donc plus compliquée) chez vR également, mais il faut s’intéresser aux prix : Vizzart sort certes un modèle TEE (Rheingold) au même prix que les reproductions de vR, mais il propose également deux versions (Traffic Red et Orient Red) pour le prix ultra-compétitif de 6,50 €.

vR propose une meilleure modélisation que vizzart, mais aussi un prix bien plus élevé !

Alors certes la qualité est moins bonne, mais la différence n’est pas large. Et au prix de 20 euros par livrée (TEE donc, Lufthansa, et Orient Red que j’ai testé) ou 50 euros les trois, la sélection de l’éditeur à mon avis n’est pas aussi simple que ça.

Les voitures sont de bonne qualité.

Finalement, ce n’est pas que le modèle de vR déçoit, au contraire, il reste fidèle à l’image de qualité des produits Expert-Line, mais l’intelligence commerciale de vizzart et leur produit convenable fait qu’il vaut mieux réfléchir avant de se lancer dans l’achat d’une 103 vR : mais aux amateurs de simulation, très majoritaires sur ce forum, qui veulent consacrer leur budget TS aux meilleurs modèles allemand, le choix Expert Line sera préférable… maintenant bon courage pour choisir laquelle ! ^^

oct 20

Une belle automotrice allemande chez RSC

Salut ! Après deux bonnes semaines sans PC, voilà que je retrouve enfin Train Simulator… il faut que je rattrape mon retard ! Et on commence tout de suite avec un test de la dernière automotrice DB produite par RSC.

Niveau modélisation extérieure, on a le droit à un beau modèle, avec un toit assez bien détaillé. Par contre, je ne suis pas convaincu par les textures des fanaux, et j’ai un problème avec les affichages de destination, qui ne peut être réglé que sur rail-sim.de (C’mon RSC, toujours pas de patch ?). Le train est disponible en une seule livrée (S-Bahn de Münich moderne), c’est vraiment dommage de ne pas profiter des livrées d’origine…

La modélisation extérieure est de qualité.

Parlons à présent de la cabine, conforme à la réalité et très sympathique. On trouve malheureusement quelques textures un peu pixélisés sur certaines commandes non simulées. Ca reste très bien. La vue passager est quant à elle est très bien faite, avec un super plus, une animation des portes !

La cabine est très jolie, mais souffre de quelques petits problèmes de texturing.

Niveau fonctionnalités, c’est du très bon niveau pour RSC avec en plus du standard PZB, SIFA, lumières cabine…, un manipulateur combiné qui est correctement simulé, avec ses 20 crans. La physique aussi est là, et les sons ne sont pas mauvais du tout. Quatre scénarios pour la Munich-Augsburg sont présents, pas mauvais, mais j’aimerais bien voir des scénarios réalistes dans les années 70, 80 et 90…

La vue passager avec portes animées ? J’achète !

Au final, on se retrouve avec une automotrice bien supérieure aux 423 et 424, et ce modèle ne décevra pas grand monde.

Articles plus anciens «